Ignorer les commandes du Ruban
Passer au contenu principal

Le Comité international de la Croix-Rouge


Organisation impartiale, neutre et indépendante créée en 1863, le Comité international de la Croix-Rouge (CICR) a pour mission de protéger et secourir les victimes de conflits armés et d'autres situations de violence, et de promouvoir les lois qui protègent les victimes de la guerre. Il est à l'origine du Mouvement international de la Croix-Rouge et du Croissant-Rouge (le Mouvement). Il tire son mandat essentiellement des Conventions de Genève, des Statuts et des résolutions du Mouvement et de résolutions de la Conférence internationale de la Croix-Rouge et du Croissant-Rouge.

Service de messages civils à l'Agence
centrale des prisonniers de guerre à Genève,
pendant la Seconde Guerre mondiale.
© Les archives de photos du CICR

Le siège du CICR est à Genève, en Suisse, et l'institution emploie plus de 12 000 personnes dans 80 pays à travers le monde. Entre autres rôles importants, il soutient et coordonne les activités du Réseau des liens familiaux afin de venir en aide aux personnes qui ont été séparées de leur famille ou qui sont sans nouvelles de leurs proches à la suite d'un conflit ou d'autres situations à l’origine de besoins humanitaires.

La mission du CICR

Organisation impartiale, neutre et indépendante, le Comité international de la Croix-Rouge (CICR) a la mission exclusivement humanitaire de protéger la vie et la dignité des victimes de conflits armés et d'autres situations de violence, et de leur porter assistance. Le CICR s'efforce également de prévenir la souffrance par la promotion et le renforcement du droit et des principes humanitaires universels. Créé en 1863, le CICR est à l'origine des Conventions de Genève et du Mouvement international de la Croix-Rouge et du Croissant-Rouge dont il dirige et coordonne les activités internationales pendant les conflits armés et les autres situations de violence.

Le rôle du CICR en matière de rétablissement des liens familiaux

Le CICR est chargé d'assurer le fonctionnement de l'Agence centrale de recherches (ACR), conformément aux Conventions de Genève.

C'est également lui qui dirige les actions menées par le Mouvement en soutien aux personnes séparées de leur famille ou sans nouvelles de proches par suite d’un conflit armé ou d'une autre situation de violence, d’une catastrophe naturelle ou provoquée par l'homme, d’une migration, ou encore d'autres situations à l’origine de besoins humanitaires. Il travaille en collaboration avec les Sociétés nationales de la Croix-Rouge et du Croissant-Rouge et coordonne leurs activités internationales dans ce domaine. Ces activités sont connues sous le nom d'activités de rétablissement des liens familiaux (RLF).

Par l'intermédiaire de ses délégations et à chaque fois que possible et nécessaire, le CICR se charge lui-même d’aider les familles dispersées.  Sa présence de longue date sur le terrain et la coopération étroite qu'il entretient avec les Sociétés nationales permettent au CICR d'être très proche des personnes et des communautés.

L'Agence centrale de recherches est chargée de coordonner et de conseiller au plan technique les Sociétés nationales et les gouvernements.  C'est à elle qu'il revient de décider des mesures à prendre en cas de conflit armé ou d'autres situations de violence en vue de rétablir les liens familiaux. Elle veille à la cohérence au sein du Réseau des liens familiaux et apporte un ensemble de méthodes et de principes directeurs aux Sociétés nationales. L'ACR définit également des directives pratiques pour les services des recherches et contribue à renforcer les capacités des Sociétés nationales dans le domaine du rétablissement des liens familiaux, en organisant des séminaires de formation et des réunions d'échange de connaissances et d'expériences.

Les origines du CICR

En 1859, le Suisse Henry Dunant fut le témoin des souffrances endurées par les dizaines de milliers de soldats blessés pendant la bataille de Solferino qui n'ont pu recevoir de soins médicaux. Il obtint le soutien de la population locale et porta secours aux blessés. Plus tard, dans son célèbre ouvrage « Un souvenir de Solferino », Henry Dunant a émis deux grandes idées : celle consistant à adopter un traité international qui obligerait les armées à soigner tous les soldats blessés, et celle de la création de Sociétés nationales de secours qui aideraient les services médicaux militaires.

Les efforts d'Henry Dunant ont abouti à la création d'un comité de citoyens suisses qui a convaincu le gouvernement suisse d'organiser une conférence diplomatique, au cours de laquelle la Première Convention de Genève en 1864 a été adoptée. Il établit des règles visant à protéger les soldats blessés et le personnel sanitaire, et ouvrit la voie à la création de sociétés de secours dans chaque pays. Ces dernières ont ensuite été connues sous le nom de Sociétés nationales de la Croix-Rouge, en référence à l'emblème adopté en vue d'identifier et protéger les unités sanitaires. L'emblème du croissant rouge, adopté dans le même but, a été utilisé pour la première fois en 1876 et officiellement reconnu en 1929. Le CICR a donc donné naissance au Mouvement international de la Croix-Rouge et du Croissant-Rouge dans son ensemble, et a jeté les fondements du droit humanitaire moderne.

Le mandat du CICR

En tant que gardien des Conventions de Genève, le CICR doit veiller à ce que le droit international humanitaire soit appliqué, contribuer à une meilleure connaissance de ce droit et à son développement. Conformément au mandat permanent que lui confère le droit international humanitaire, le CICR est chargé de visiter les prisonniers, d'organiser des opérations de secours, de réunir des familles dispersées et de mener d'autres activités humanitaires pendant les conflits armés.
 
Le CICR s'efforce également de répondre aux besoins des personnes déplacées à l'intérieur de leur propre pays, de lutter contre le danger que représentent les mines et les débris de guerre explosifs, et de faire face à leurs conséquences, et de rechercher les personnes qui ont disparu pendant un conflit ou d'autres situations de violence. Pour ces activités, le CICR collabore étroitement avec les Sociétés nationales et il contribue, au besoin, à renforcer leurs capacités.

Depuis sa fondation, le CICR a joué un rôle humanitaire majeur dans la plupart des conflits dans le monde entier. Il s'est constamment efforcé de convaincre les États de renforcer la protection juridique des victimes de la guerre, pour réduire leurs souffrances.


Vous recherchez un membre de votre famille?