Ignorer les commandes du Ruban
Passer au contenu principal

Les personnes disparues et leur famille


Qu'est-ce qu'une personne portée disparue ?
Des familles d'Ayacucho au Pérou ont tricoté
des carrés sur lesquels figure le nom d'un
proche disparu. Ils vont les coudre ensemble
pour composer l'« écharpe de l'espoir ».
© CICR/BURGOS, Marina

Pendant un conflit armé, une catastrophe naturelle ou d’origine humaine, une migration ou une autre situation de crise humanitaire, beaucoup de familles sont dispersées et ignorent ce que sont devenus certains de leurs membres ni à quel endroit ils se trouvent. Les personnes qui restent introuvables et dont on ignore le sort sont considérées comme « disparues ». Le Réseau des liens familiaux mobilise les différents moyens dont il dispose pour tenter de localiser la personne disparue et aider sa famille.

Sur qui les disparitions ont-elles un impact ?

Les disparitions ont un impact à de nombreux niveaux de la société.

La première victime est d'abord la personne disparue, mais les membres de sa famille sont aussi des victimes. L'incertitude dans laquelle vivent les proches d'une personne disparue a un impact sur leur bien-être psychologique, et leur souffrance dure tant que le sort de l'être cher n'est pas connu. La famille doit en outre faire face à des difficultés de toutes sortes qui sont la conséquence directe de la disparition : problèmes juridiques, administratifs, sociaux, économiques... Toutes ces difficultés peuvent empêcher les familles de se reconstruire après la disparition d'un des leurs et ce, pendant de nombreuses années parfois.

« Le plus dur à surmonter c'est l'état de nervosité permanent dans lequel on vit quand on imagine qu'à tout moment, il pourrait frapper à la porte. La nuit, je suis aux aguets, et au moindre bruit, la première chose qui me vient à l'esprit, c'est que mon fils est revenu », raconte le père d'une personne portée disparue dans le Caucase du Sud.

La disparition d'une personne a un impact qui va bien au-delà de sa famille proche ; elle a des répercussions sur la communauté à laquelle appartiennent cette personne et sa famille et elle peut constituer une menace pour la stabilité et la coexistence des communautés concernées.

En quoi la disparition d'une personne influe-t-elle sur les besoins de sa famille ?

Des fleurs et des photos de personnes
disparues à la suite de la crise de 1999
au Kosovo tapissent la façade d'un bâtiment
officiel de Pristina.
© Croix-rouge norvégienne/SALTBONES, Olav

Les contextes dans lesquels des personnes disparaissent sont très divers. Et de la même façon, l'éventail des besoins exprimés par les familles peut être large.

La conférence d'experts convoquée par le CICR en 2003 a reconnu et répertorié un certain nombre de besoins spécifiques auxquels les familles des personnes disparues doivent faire face. Ces besoins ont été confirmés par de nombreuses années d’expérience de première main.

Il y a notamment le besoin de savoir, le besoin d'accomplir des rites commémoratifs, le besoin de recevoir un soutien juridique et administratif, économique, psychologique et psychosocial, le besoin d'être protégé des risques pour sa sécurité, le besoin de voir sa souffrance reconnue et, pour certaines familles, le besoin d'accéder à une instance judiciaire. 

Comment peut-on répondre à ces besoins ?

La diversité des besoins qu'entraîne une disparition oblige à trouver une réponse qui soit la plus large possible. Elle doit inclure une réponse à tous les niveaux, tant pour les familles des personnes disparues que pour la communauté dans son ensemble, sans oublier les autorités locales et nationales. Il faut envisager toute une panoplie de mesures : des aides financières, une assistance juridique et administrative, un soutien psychologique et psychosocial, etc.

La démarche adoptée par le CICR vise à couvrir ces besoins dans leur globalité. Elle part du principe que les familles peuvent être aidées par des relations d'empathie et le soutien mutuel qu'elles peuvent s'apporter. Cette méthode dite d'« accompagnement » vise principalement à renforcer les capacités des personnes et des familles à faire face aux problèmes que pose la disparition d'un des leurs, et à retrouver progressivement un certain bien-être social et psychologique. Cet objectif peut être atteint en mobilisant les ressources des familles elles-mêmes et celles qui existent au sein de la communauté – locale et nationale –, et en créant un réseau de soutien. L'accompagnement des familles n'est pas un travail qui exige des compétences particulières d'un haut niveau. Il faut néanmoins être capable de bien comprendre la situation des familles, savoir les écouter et leur apporter le soutien nécessaire quand elles en ont besoin.

À qui incombe la responsabilité d'apporter des réponses aux familles des personnes portées disparues ?

Ce sont les autorités nationales qui ont la responsabilité ultime de prévenir les disparitions et de chercher à savoir ce qu'il est advenu des personnes portées disparues et où elles se trouvent. L'État a l'obligation d'adopter et d'appliquer des lois dans ce sens et d'en faire largement connaître les dispositions. Il est essentiel que les autorités concernées œuvrent activement à prévenir les disparitions et à faire la lumière sur le sort des personnes portées disparues et l'endroit où elles se trouvent, indépendamment des circonstances de leur disparition et sans discrimination aucune envers ces personnes ni envers leur famille.

En savoir plus sur les personnes disparues, lire http://www.icrc.org/fre/war-and-law/protected-persons/missing-persons/index.jsp



Vous recherchez un membre de votre famille?